Ikea et Carrouf'

Publié le par Jean-Phi

Depuis un peu plus d'un mois, maintenant, Ikea est venu s'installer sur la baie de Tokyo. En fait, il serait plus vrai de dire "revenu" car le magasin avait déjà tenté l'aventure il y a bon nombre d'années mais, faute d'avoir su développer une communication à la japonaise, cela avait été un fiasco. Effectivement, quels sont les points forts de Ikea ? La sobriété et le prix, non ? En plus, le prix indique que la livraison et le montage ne sont pas compris. Qui n'a pas encore entendu une histoire de montage de meuble Ikea... ?

Donc, cette fois ci, la campagne était lancée des mois a l'avance en misant sur le design et sans aucune référence au prix. On peut dire que c’était accrochant. Avec Gilles et Marion qui, comme tous les Gaijins de Tokyo, attendaient avec impatience un magasin de "beaux" meubles aux prix non prohibitifs, nous avions donc prévu d'aller voir cette merveille.

Il est vrai que nous aurions pu choisir une meilleur date car nous y sommes allés pendant la Golden Week, la semaine de vacances nationale, et même s'il ne reste que 40% des Tokyoites a Tokyo, c’est tout de même bien 10 millions de personnes qui ne savent pas trop quoi faire d'autres que d’arpenter les magasins.
Ainsi, quand nous sommes arrivés, il y avait une telle queue devant l'entrée, que nous aurions du attendre une bonne heure avant de seulement pouvoir entrer dans le magasin (que je pouvais imaginer bondé).

Nous avons donc VU Ikea et avons juge cela suffisant pour une première. Nous avons décidé d'aller découvrir une autre merveille dans le coin : Carrefour.

Carrefour a eu un peu la même histoire que Ikea première formule. Les Japonais n'apprécient pas ce marketing jouant uniquement sur le prix et l'achat en grande quantité. Donc, ce magasin a aussi fait plus ou moins faillite mais, avant d'être complètement a plat, a réussi a vendre son enseigne à un local. Le résultat est un mélange de magasin occidental et japonais. On trouve encore beaucoup de produits européens voir carrément français (du couscous pour 700 Yen - pas cher - au camembert à 1400 Yen - là, ça fait un peu plus mal), des caddys de géants (pour les japonais, évidement), mais aussi des bentos (des petits repas plateaux japonais à emporter) et des caddys à taille japonaise...

Voila, c'etait notre journée "aventure Wertern" qui s'est achevée dans un resto australien de grillades.

Publié dans Maison

Commenter cet article