Health-check

Publié le par Jean-Phi

Lundi, c'etait la visite médicale.
Comme à l'école, sauf que c'est au travail et vraiment complet.
Donc, pour l'évènement, une véritable clinique a été installée dans la salle de conférence du 23eme étage pour deux jours.
J'avais reçu ma convocation pour lundi, 10h45. Donc, à l'heure H, j'ai du me rendre à l'étage d'en dessous avec les formulaires nécessaires remplis en japonais (je me suis fait aider) et même une petite bouteille contenant un échantillon de mes capacités urinaires (c'est effectivement un test complet).

Donc, j'arrive, je donne mon nom et mon échantillon, elles (les infirmières ne sont que des femmes - les docteurs, que des hommes) lisent les renseignements des formulaires et, premier problème, ma date de naissance. Ai : 1973, c'est quelle année ca. Heureusement, elles ont un tableau des équivalences et très vite trouvent mon age : 34 ans. "Heu... non, désolé mademoiselle...".


Bon, on commence le parcours du combattant par le dentiste qui jette un coup d'œil dans ma bouche. Hum, heureusement que c'était déjà la seconde fois et qu'il n'a eu qu'a mettre a jour les données de l'année dernière, sinon, on y serait encore, car expliquer tout mon "background" dentaire en japono-anglais, ca peut prendre du temps.

Ensuite, on m'envoie vers une série d'infirmières. La première me fait un test des yeux, la seconde me prend le pouls, la troisième, me fait une prise de sang (j'ai même pas pleuré ! que le soir, quand j'ai du enlever le pansement), la quatrièmes me met des ventouses sur la poitrine et me fait un test que j'ai pas compris s'il fallait que je respire ou pas, enfin, profitant que je suis pied nu et tout débraillé, une dernière me pèse et me mesure.

Tous ces examens sont notés sur ma feuille, sans oublier de me demander à chaque fois si je suis d'accord. Et oui, j'ai eu du mal à comprendre au début, mais je dois toujours accepter de mesurer 1m85 (1cm de moins que sur ma carte d'identité...), que mon pouls soit de 67 je sais pas quoi...

Mais, ce n'est pas fini ! Ensuite, elles m'envoient au rez de chausse pour passer un test que j'ai pas trop compris. Ca devait être une radio car je devais me coller le torse a une énorme plaque et retenir ma respiration (si j'ai bien tout compris).
Ensuite je remonte au 23 étage (en ascenseur, heureusement, bien que l'escalier m'aurait fait faire un peu d'exercice), pour continuer avec un examen des oreilles puis un entretien avec une docteure (ou doctoresse ?) Je ne sais pas trop a quoi ca sert a ce moment la (alors que les résultats des analyses ne sont pas encore tous connus).

Enfin, pour terminer, j'eu le plaisir de me faire détartrer les dents sur un lit de camps par une assitante-dentiste (reconnaissable dans sa robe rose) qui n'arrêtait pas de m'expliquer plein de chose en japonais. Une fois fini, je pu partir avec une trousse garnie de matériel de soins dentaires...


Ainsi, une fois par an, le travailleur japonais est mis en observation de la tête au pied par son employeur. Dans un certain sens, c'est bien. Le Japonais qui se donne corps et âme à son entreprise, mérite que celle-ci prenne soin de son bon état de santé. En même temps, ça fait un peu révision annuelle, avec l'entreprise de maintenance venant sur le lieu de travail pour ne pas interrompre la production. En plus, les résultats sont envoyés aux "ressources humaines" de l'entreprise qui font passer l'information à chaque employé. Donc, le secret médical, "connaît  pas" ici.
L'année dernière, nous avions eu droit à un discours de notre grand chef disant que les résultats médicaux de ses employés l'obligeaient à nous mettre en garde contre un travail trop acharné et le manque de repos. En d'autres termes, certains devaient lever un peu le pied. Je n'ai pas pris ça pour moi  mais ai quand même suivi ses conseils...


Les dessins n'ont aucun parti pris. Ceux sont les seuls que j'ai trouvés dans les clip-arts de Word...

Publié dans Boulot

Commenter cet article

PapaMarc 17/06/2006 19:58

un discours de notre grand chef disant que les résultats médicaux de ses employés l'obligeaient à nous mettre en garde contre un travail trop acharné !
Grands dieux ! Que ce chef prévenant soit écouté !