Nuit blanche III

Publié le par Jean-Phi

Alors qu'Ayumi préfère rentrer, Lukas arrive à convaincre Ai et Cordula (qui ensuite arrive à me convaincre) d'aller en boite! Incroyable, non ? Il tenait à voir un DJ allemand qui passait justement ce samedi dans un club de Shibuya, le quartier "in" de Tokyo.

Nous traversons donc la ville et arrivons vers minuit à destination. Là, première urgence, boire un café, sinon, on ne tiendra jamais. Shibuya, à cette heure tardive pour nous, semble s'éveiller. Mis à part, peut-être, pour quelques Japonaises qui, pas habituées à boire, passeront le reste de la nuit à dessaouller de façon plus ou moins tragique...




Après le café, nous partons à la recherche du Club. Malheureusement, Lukas n'avait qu'un schéma aléatoire et nous avons tourné une heure avant de le trouver. En même temps, la nuit était douce et le quartier très calme. Vu ce qui nous attendait, ce fut bien agréable.






Nous entrons alors dans le club. L'entrée à 30 Euros ne semble pourtant pas prohibitive vue la foule qui s'y presse. A l'interieur, malgré une clim inefficace et pourtant existante au dire de Lukas, la chaleur était étouffante; nous avions rarement la place pour être tous les 4 ensemble ; mais la musique était très prenante. Oui, surprenamment, nous avons écouté de la techno pendant toute la nuit et ça ne m'a jamais gonflé. Impressionnant non ? Mieux : nous avons dancé jusqu'à 4 heures sans trop voir le temps passer. Nous avons fait quand même 2 pauses à l'écart pour pouvoir échanger quelques impressions avant de nous relancer dans le bruit assourdissant.




A 5 heures du mat ("j'ai des frissons..."), on était tous lessivés ! On s'est retrouvés dans les rues calmes où il faisait bon. Heureusement, nous étions trempés de sueur et n'avions évidemment que des t-shirts (pas de vestes). Le jour commençait à pointer. Nous avons encore pris quelque chose à boire ensemble. Ça faisait du bien et il y avait un réel besoin d'échanger nos impressions.




Pour ma part, moi qui ne connais que les boîtes d'Aix d'il y a 10 ans, j'ai trouvé ce club super bondé, crade mais très tolérant (Ai est entrée en birkenschtocks !). D'ailleurs, à l'intérieur, le public était des plus ecclectiques. Il y avait étonnemment beaucoup d'hommes (80%), beaucoup de Gaijins (nous ne sommes pas habitués) et, toujours, une partie des Japonaises présentes semblaient avoir largement depassé leur limite d'alcool. C'était vraiment un fait surprenant pour moi. En Europe (disons, en France, au DK et en Allemagne, au moins), les femmes sont souvent plus "sages" sur ce point et, en plus, c'est un signe de "virilité" de se bourrer la gueule tous les samedis soirs...

Publié dans Sorties

Commenter cet article

PapaMarc 14/09/2006 10:29

"En plus, Papa sera content vu que la plus grosse ne fait que 500 ko!"
Oui oui PapaMarc était très content de rester bien tranquillement devant son ordinateur plutôt que d'être invité à participer à ces soirées de dings !