Les adieux au Japon.

Publié le par Jean-Phi

En fait, pendant les deux dernières semaines à Tokyo, nous n'avons pas arrêté, un seul jour, de dire au revoir à quelqu'un.
Non, nous n'étions pas devenus super populaires. Mais, nous avons eu beaucoup de mal à dire "au revoir" pour de vrai. Nous faisions un repas d'adieu puis réinvitions les mêmes personnes à un second repas d'adieu ; et ainsi de suite. Ainsi, nous avons dit au revoir jusqu'à 4 fois à certaines personnes (comme Kaori).

Donc, pour résumer tous ces adieux déchirants :


- il y eut le week-end au ski ; qui devait être un "au revoir" mais nous avons revu tout le monde le dimanche suivant ;





- il y eut la farewell party du travail de Cordula le jeudi 25 ;


  - un dernier repas avec Gilles (sans Marion qui était allée s'éclater toute seule à une fête d'anniversaire), le samedi ;


- puis, le dimanche, une grosse bouffe comme on les aime au Barbacoa avec tous ceux qui nous étaient vraiment proches ;


 


- le déjeuner fut suivi d'un dernier Karaoké avec seulement une partie des invités ;






- le mardi, Lukas nous a offert son cadeau d'adieu : un tour en hélico au dessus de Tokyo : trop bien !! Merci encore, Lukas ! (prochainement, un post la dessus);





 

- le mercredi, c'était ma farewell party du travail ;




- enfin, jeudi, veille du départ, ce fut un dernier "running-sushi" avec le premier cercle des amis, j'entend Kaori et Daisuke ; Lukas, et même Marion et Gilles malgré la grosse fatigue de ce dernier ;




- et pour finir, Kaori est venue nous dire au revoir devant la station d'Urayasu, vendredi...






Ce n'est qu'une fois tous ces adieux vraiment finis et sans possibilité d'en rajouter de nouveaux, que Cordula, après un dernier échange de mail avec ses 2 copines (Kaori et Kyoko de Osaka), a fini par fondre en larmes.

Oui, le Japon, c'était bien fini...

Publié dans Maison

Commenter cet article

PapaMarc 09/02/2007 19:44

Cordula, après un dernier échange de mail avec ses 2 copines (Kaori et Kyoko de Osaka), a fini par fondre en larmes.Oui, le Japon, c'était bien fini...
Là c'est vraiment trop triste ! et avec Cordula, mais avec un retard, j'ai versé une grosse larme. Car non seulement nous y étions allés, au Japon, mais encore tous ces beaux reportages et ces belles photos...